Études de causalité sur les méfaits de la pornographie

Études de causalité sur les méfaits du porno

adminaccount888 Actualités

La publication par l'OMS d'une définition du trouble du comportement sexuel compulsif en juin 2018 était fondée sur des preuves empiriques. Cependant, certaines personnes nient toujours que la consommation de pornographie puisse causer des dommages mentaux ou physiques. Dans ce blog, nous examinons les études de causalité 6 publiées à ce jour, qui démontrent que les participants ont éliminé la pornographie et guéri les dysfonctionnements sexuels chroniques. Ils associent tous l'usage ou la dépendance à la pornographie à des dysfonctionnements sexuels et à une diminution de l'excitation sexuelle.

1) La pornographie sur Internet cause-t-elle des dysfonctionnements sexuels? Une revue avec des rapports cliniques (2016)

Revue approfondie de la littérature relative aux problèmes sexuels induits par la pornographie. Impliquant des médecins 7 US Navy, la revue fournit les dernières données révélant une augmentation considérable du nombre de problèmes sexuels chez les jeunes. Il passe également en revue les études neurologiques liées à la dépendance à la pornographie et au conditionnement sexuel via la pornographie sur Internet. Les médecins fournissent des rapports cliniques 3 concernant des hommes ayant développé des dysfonctionnements sexuels induits par la pornographie. Deux des trois hommes ont guéri leurs dysfonctionnements sexuels en éliminant l'utilisation de porno. Le troisième homme a connu peu d'amélioration car il était incapable de s'abstenir d'utiliser du porno. Extrait:

Les facteurs traditionnels qui expliquaient les difficultés sexuelles des hommes semblent insuffisants pour expliquer la forte augmentation de la dysfonction érectile, le retard de l'éjaculation, la diminution de la satisfaction sexuelle et la diminution de la libido lors de rapports sexuels en couple chez les hommes sous 40. Cette revue (1) prend en compte des données provenant de plusieurs domaines: clinique, biologique (toxicomanie / urologie), psychologique (conditionnement sexuel), sociologique; et (2) présente une série de rapports cliniques, tous dans le but de proposer une direction possible pour la recherche future de ce phénomène. Les altérations du système de motivation du cerveau sont explorées comme une étiologie possible sous-jacente aux dysfonctionnements sexuels liés à la pornographie.

Cette revue prend également en compte la preuve que les propriétés uniques de la pornographie sur Internet (nouveauté illimitée, possibilité de passer facilement à des contenus plus extrêmes, format vidéo, etc.) peuvent être suffisamment puissantes pour conditionner l'excitation sexuelle à des aspects de l'utilisation de la pornographie sur Internet qui ne passent pas facilement à la réalité. -Les partenaires de la vie, tels que les relations sexuelles avec les partenaires souhaités ne peuvent pas être enregistrés car ils répondent aux attentes et la réactivation diminue. Les rapports cliniques suggèrent que mettre fin à l'utilisation de la pornographie sur Internet est parfois suffisant pour inverser les effets négatifs, soulignant la nécessité d'une enquête approfondie utilisant des méthodologies permettant aux sujets de supprimer la variable d'utilisation de la pornographie sur Internet.

La Fondation de récompense a écrit une histoire à propos de cette étude quand il est sorti.

2) Habitudes de masturbation masculine et dysfonctionnements sexuels (2016)

Cette étude est réalisée par un psychiatre français qui est le président actuel de la Fédération Européenne de Sexologie. Bien que l’abrégé varie entre utilisation de la pornographie sur Internet et masturbation, il est clair qu’il fait principalement référence à induite par le porno dysfonctions sexuelles (dysfonction érectile et anorgasmie). Le document porte sur son expérience clinique avec des hommes atteints de 35 ayant développé une dysfonction érectile et / ou une anorgasmie, ainsi que sur ses approches thérapeutiques visant à les aider. L'auteur affirme que la plupart de ses patients utilisaient de la pornographie, plusieurs d'entre eux étant accros à la pornographie. Le résumé indique que la pornographie sur Internet est la principale cause des problèmes (gardez à l’esprit que la masturbation ne cause pas de dysfonctionnement ED chronique et qu’elle n’est jamais considérée comme une cause de dysfonctionnement ED). 19 des hommes 35 a vu des améliorations significatives dans le fonctionnement sexuel. Les autres hommes ont soit abandonné leur traitement, soit tentent toujours de se rétablir. Extraits:

Intro: Inoffensif et même utile dans sa forme habituelle largement pratiquée, ml’évaluation clinique du dysfonctionnement sexuel qu’elle peut induire est trop souvent passée sous silence l’agitation sous sa forme excessive et prééminente, généralement associée à la dépendance à la pornographie.

Résultats: Résultats initiaux pour ces patients, après traitement «désapprendre» leurs habitudes masturbatoires et leur dépendance souvent associée à la pornographie sont encourageantes et prometteuses. Une réduction des symptômes a été obtenue chez des patients 19 non traités par 35.. Les dysfonctionnements ont régressé et ces patients ont pu avoir une activité sexuelle satisfaisante.

Conclusion: on a vu que la masturbation provoquant une dépendance, souvent accompagnée d’une dépendance à la cyber-pornographie, joue un rôle dans l’étiologie de certains types de dysfonctionnement érectile ou d’anéjaculation coïtale. Il est important d'identifier systématiquement la présence de ces habitudes plutôt que de poser un diagnostic par élimination, afin d'inclure des techniques de déconditionnement qui rompent les habitudes dans la gestion de ces dysfonctionnements.

3) Pratiques masturbatoires inhabituelles en tant que facteur étiologique dans le diagnostic et le traitement de la dysfonction sexuelle chez les hommes jeunes (2014)

L'une des études de cas 4 dans cet article concerne un homme souffrant de problèmes sexuels induits par le porno (faible libido, fétiches, anorgasmie). L'intervention sexuelle a appelé à une abstinence de la pornographie et de la masturbation pendant la semaine 6. Après des mois de 8, l'homme a signalé une augmentation du désir sexuel, des relations sexuelles réussies et de l'orgasme, ainsi que des «bonnes pratiques sexuelles». Ceci est le premier compte-rendu chronologique revu par les pairs d’une reprise de dysfonctions sexuelles induites par le porno. Extraits du papier:

«Interrogé sur les pratiques masturbatoires, il a indiqué qu'il s'était masturbé vigoureusement et rapidement tout en regardant de la pornographie depuis son adolescence. La pornographie était à l’origine principalement composée de zoophilie et de servitude, de domination, de sadisme et de masochisme, mais il s’est finalement habitué à ces matériaux et a eu besoin de scènes de pornographie plus hardcore, y compris le sexe transgenre, les orgies et le sexe violent. Il avait l'habitude d'acheter des films pornographiques illégaux sur des actes sexuels violents et le viol et visualisait ces scènes dans son imagination pour fonctionner sexuellement avec des femmes. Il a progressivement perdu son désir et sa capacité à fantasmer et a diminué sa fréquence de masturbation. "

Parallèlement aux séances hebdomadaires avec un sexologue, le patient avait pour consigne d'éviter toute exposition à du matériel sexuellement explicite, notamment des vidéos, des journaux, des livres et de la pornographie sur Internet.

Après des mois de 8, la patiente a déclaré avoir eu de l'orgasme et de l'éjaculation.. Il a renouvelé sa relation avec cette femme et elles ont progressivement réussi à jouir de bonnes pratiques sexuelles.

4) Est-il difficile de traiter l'éjaculation retardée dans un modèle psychosexuel à court terme? Une comparaison d'étude de cas (2017)

Un rapport sur deux «cas composites» illustrant les causes et les traitements de l'éjaculation retardée (anorgasmie). Le «patient B» représentait plusieurs jeunes hommes traités par le thérapeute. Fait intéressant, le journal indique que «l'utilisation de la pornographie par la patiente B s'était transformée en matériel plus dur», «comme c'est souvent le cas». Le journal indique que l'éjaculation retardée liée à la pornographie n'est pas rare et qu'elle est en hausse. L'auteur appelle à davantage de recherches sur les effets du fonctionnement sexuel du porno. L'éjaculation retardée du patient B a été guérie après plusieurs semaines d'absence de porno 10. Extraits:

Les cas sont des cas mixtes tirés de mon travail au sein du Service national de santé du Croydon University Hospital, à Londres. Avec ce dernier cas (Patient B), il est important de noter que la présentation reflète un certain nombre de jeunes hommes qui ont été référés par leur médecin généraliste avec un diagnostic similaire. Patient B est un 19 âgé qui s'est présenté parce qu'il était incapable d'éjaculer par pénétration. Lorsqu'il était 13, il accédait régulièrement à des sites pornographiques, soit seul, soit par le biais de recherches sur Internet, soit via des liens que ses amis lui avaient envoyés. Il commençait à se masturber chaque nuit alors qu'il cherchait une image sur son téléphone… S'il ne se masturbait pas, il était incapable de dormir. La pornographie qu'il utilisait avait dégénéré, comme c'est souvent le cas (voir Hudson-Allez, 2010), en matériel plus dur (rien d'illégal)…

Escalade

Le patient B a été exposé à des images sexuelles via la pornographie à partir de l'âge de 12 et la pornographie qu'il utilisait était passée à l'esclavage et à la domination à l'âge de 15.

Nous avons convenu qu'il n'utiliserait plus la pornographie pour se masturber. Cela signifiait laisser son téléphone dans une pièce différente la nuit. Nous avons convenu qu'il se masturberait d'une manière différente….

Patient B a réussi à atteindre l'orgasme via la pénétration dès la cinquième session; les sessions sont offertes toutes les deux semaines à l’hôpital universitaire de Croydon, la session cinq équivaut donc à environ 10 semaines à compter de la consultation. Il était heureux et grandement soulagé. Après trois mois de suivi avec le patient B, les choses se passaient encore bien.

Patient B n’est pas un cas isolé au sein du Service national de santé (NHS) et c’est en fait un jeune homme ayant généralement accès à une thérapie psychosexuelle, sans leur partenaire, en dit long sur le déclenchement du changement.

Cet article soutient donc les recherches précédentes qui avaient associé le style de la masturbation au dysfonctionnement sexuel et la pornographie au style de la masturbation. L'article conclut en suggérant que les succès des thérapeutes psychosexuels dans l'utilisation de DE sont rarement consignés dans la littérature scientifique, ce qui a permis de considérer que cette maladie est difficile à traiter. L'article appelle à des recherches sur l'utilisation de la pornographie et ses effets sur la masturbation et la désensibilisation des organes génitaux.

5) Anéjaculation psychogène situationnelle: une étude de cas (2014)

Les détails révèlent un cas d'anéjaculation provoquée par le porno. La seule expérience sexuelle du mari avant le mariage était une masturbation fréquente avec de la pornographie - où il était capable d’éjaculer. Il a également rapporté que les rapports sexuels étaient moins stimulants que la masturbation au porno. L’information clé est que la «rééducation» et la psychothérapie n’ont pas guéri son anéjaculation. Lorsque ces interventions ont échoué, les thérapeutes ont suggéré une interdiction totale de la masturbation au porno. Cette interdiction a finalement abouti à une relation sexuelle réussie et à une éjaculation avec un partenaire pour la première fois de sa vie. Quelques extraits:

A est un homme marié âgé de 33, à orientation hétérosexuelle, un professionnel issu d'un milieu urbain de milieu socio-économique moyen. Il n'a eu aucun contact sexuel avant le mariage. Il regardait de la pornographie et se masturbait fréquemment. Sa connaissance du sexe et de la sexualité était adéquate. Après son mariage, M. A a décrit sa libido comme normale au départ, mais a ensuite été réduite au second plan en raison de ses difficultés éjaculatoires. Malgré des mouvements de poussée pendant les minutes 30-45, il n’avait jamais été capable d’éjaculer ni d’atteindre l’orgasme lors de relations sexuelles pénétrantes avec sa femme.

Ce qui n'a pas fonctionné

Les médicaments de M. A ont été rationalisés; la clomipramine et le bupropion ont été arrêtés et la sertraline a été maintenue à une dose de 150 mg par jour. Des séances de thérapie avec le couple ont été organisées chaque semaine pendant les premiers mois, à la suite de quoi ils étaient espacés de deux à trois semaines, puis mensuellement. Des suggestions spécifiques, notamment de se concentrer sur les sensations sexuelles et de se concentrer sur l'expérience sexuelle plutôt que sur l'éjaculation, ont été utilisées pour aider à réduire l'anxiété de performance et les spectateurs. Comme les problèmes persistaient malgré ces interventions, une sexothérapie intensive a été envisagée.

Ils finirent par instituer une interdiction complète de la masturbation (ce qui signifie qu'il continua à se masturber jusqu'à la pornographie pendant les interventions infructueuses ci-dessus):

Une interdiction de toute forme d'activité sexuelle a été suggérée. Des exercices de mise au point sensorielle progressive (initialement non génitaux, puis génitaux) ont été initiés. M. A a décrit son incapacité à ressentir le même degré de stimulation pendant un rapport sexuel avec pénétration que celui qu'il a expérimenté pendant la masturbation. Une fois l'interdiction de la masturbation appliquée, il a signalé un désir accru d'activités sexuelles avec son partenaire.

Après un laps de temps indéterminé, l'interdiction de la masturbation au porno mène au succès:

Pendant ce temps, M. A et son épouse ont décidé de se lancer dans les techniques de procréation médicalement assistée et ont subi deux cycles d’insémination intra-utérine. Au cours d'une séance d'entraînement, M. A a éjaculé pour la première fois, à la suite de quoi il a réussi à éjaculer de manière satisfaisante au cours d'une majorité des relations sexuelles du couple..

6) Dysfonction érectile induite par la pornographie chez les jeunes hommes (2019)

Résumé: Cet article explore le phénomène de dysfonction érectile induite par la pornographie (PIED), ce qui signifie des problèmes de puissance sexuelle chez les hommes dus à la consommation de pornographie sur Internet. Des données empiriques sur des hommes souffrant de cette maladie ont été collectées. Une combinaison de la méthode thématique du cycle de vie (avec des entretiens narratifs qualitatifs en ligne asynchrones) et des journaux personnels en ligne a été utilisée. Les données ont été analysées à l'aide d'une analyse interprétative théorique (selon la théorie des médias de McLuhan), basée sur une induction analytique. L'enquête empirique indique qu'il existe une corrélation entre la consommation de pornographie et la dysfonction érectile qui suggère une causalité.

Les résultats sont basés sur des entretiens 11, ainsi que sur deux journaux vidéo et trois journaux de texte. Les hommes ont entre X et 16; ils rapportent qu'une introduction précoce à la pornographie (généralement à l'adolescence) est suivie d'une consommation quotidienne jusqu'à atteindre un point où un contenu extrême (impliquant, par exemple, des éléments de violence) est nécessaire pour maintenir l'excitation. On atteint un stade critique lorsque l’excitation sexuelle est exclusivement associée à une pornographie extrême et au rythme rapide, ce qui rend les rapports physiques fades et sans intérêt. Il en résulte une incapacité à maintenir une érection avec un partenaire réel, à quel point les hommes entament un processus de «redémarrage», abandonnant la pornographie. Cela a aidé certains hommes à retrouver leur capacité à réaliser et à maintenir une érection.

Introduction à la section des résultats

Après avoir traité les données, j'ai remarqué certaines tendances et thèmes récurrents, en suivant un récit chronologique dans toutes les interviews. Ceux-ci sont: Introduction. On se familiarise d'abord avec la pornographie, généralement avant la puberté. Construire une habitude. On commence à consommer de la pornographie régulièrement. Escalade. On se tourne vers des formes de pornographie plus «extrêmes», en termes de contenu, afin d'obtenir les mêmes effets que ceux obtenus auparavant par des formes de pornographie moins «extrêmes». La concrétisation. On remarque des problèmes d’activité sexuelle qui seraient causés par la pornographie. Processus de «redémarrage». On essaie de réglementer l'utilisation de la pornographie ou de l'éliminer complètement afin de retrouver sa puissance sexuelle. Les données des entretiens sont présentées sur la base du schéma ci-dessus.

Plus d'études

En plus des études de causalité énumérées ci-dessus, cette page contient des articles et des vidéos de plus d'experts 130 (professeurs d’urologie, urologues, psychiatres, psychologues, sexologues, médecins) qui reconnaissent et ont traité avec succès le dysfonctionnement érectile induit par la pornographie et la perte de désir sexuel induite par la pornographie.

Print Friendly, PDF & Email

Partagez cet article